Histoire du chat-bite

Publié le par jean-michel-bernard BLOCK

Le jeu du chat-bite est un art ancestral. Souvent  galvaudé (type "jeu du loup"), le chat-bite se veut un sport de puristes. En effet, le ferchaudesquisme ne s'encombre pas de conneries.


Les prémices du chat-bite dans l'antiquité :

Sumériens, romains, grecs, tous s'adonnèrent à ce noble sport alliant force et précision.

undefined




Ci-contre, détail d'un vase grec illustrant des duels de chat-bite






undefined



Ici, bas-relief romain depeignant un blocage mixte sur une tentative dite "oeuf de mouton"







undefined


Statue attribué à chabitos le jeune (Grèce, II ème siècle avant notre ère)















Le chat-bite et la bible :

La bible retrace le cheminement du chat-bite en tant que discipline sportive jusqu'à son avènement en tant que philosophie. Précèpte à l'origine païenne, la chétienté le repris à son compte vers le II ème siècle de notre ère.
Il connu alors un vif engouement : le sport en tant que transcendance ferchaudesque était né.

undefined




Ci-contre, Jacob vs l'ange Chastus bistis








Le jeu du loup au milieu du dix-huitième siècle :

« Vers la fin de juillet, après que le regain était assez poussé pour faire paître les chevaux, les adolescents qui les gardaient se réunissaient dans la prairie et s'y amusaient à différents jeux, capables de donner une idée de la vie des anciens bergers. (...) Quant au jeu du loup, toujours réservé pour l'obscurité, il était sans but moral, au moins apparent. On plantait un piquet en terre ; on y attachait une longue corde formée de plusieurs chevêtres de cheval. On choisissait le premier loup ; ordinairement ce titre était ambitionné. On l'attachait à la corde, on lui bandait les yeux, puis on s'écartait. Alors on lui jetait, les garçons leurs chapeaux ou leurs bonnets, les filles leurs tabliers ou leurs fichus roulés, et jusqu'à des chemisottes ou des corsets. Le loup devinait à qui appartenait le chapeau, le tablier, le fichu, ou il le mettait au pied de son piquet s'il ne devinait pas : on tâchait alors de les reprendre. Mais s'il avait deviné un garçon, celui-ci était loup à son tour ; au lieu que si c'était une fille, il la mangeait, c'est-à-dire qu'il la fourrageait assez librement. On était guère attrapé qu'en voulant reprendre les gages amoncelés autour du piquet du loup. Ce jeu était fort innocent entre des enfants tels que j'étais, mais quelquefois les garçons de quinze à vingt ans s'en mêlaient, et alors il s'y passait des choses peu décentes. Cependant messire Antoine Foudriat ne voulut jamais, ni le défendre, ni recommander de la décence dans ce jeu ; il disait que depuis plus de cinq cents ans, on avait pas ouï dire qu'il y fût rien arrivé d'essentiel et qu'il suffirait de le défendre pour qu'il devînt criminel. Ce sage pasteur mourut ; son successeur, messire Louis Jolivet, défendit le jeu qui devint criminel : il fallut que le pouvoir civil le proscrivît. » ( Restif de la Bretonne (1734-1806) : La vie de mon père (1779)).


undefined Le chat-bite est pratiqué depuis fort longtemps, et ce, dans toutes les catégories socio-culturelles, notamment chez les rois de France ou la noblesse anglo-saxonne. Tout évènement était objet à distraction pour ce noble sport. ci-contre, James VI l'écossais, dit "le fourbe"

   

L'ère moderne du chat-bite :

Le chat-bite tel que nous le connaissons, est le fruit d'une lente mais incohercible ascension, dans toutes les castes de la société.



undefined


Ici, un charmant gentillhomme en tenue d'apparat faisant faute.









undefined



Monument à Vladivostok commémorant l'ascendant psychologique mis en oeuvre lors d'un duel de chat-bite. (Général pzeojfky mâtant la rebellion tchétchène, 1912)






undefined



Le chat-bite a aujourd'hui de grande influence et ce, dès le plus jeune age.

Commenter cet article